Westfalia : le van qui nous donne des envies d’évasion

C’est à l’Ile de Ré et ses environs que nous avons eu l’occasion de découvrir les vans Westfalia. La firme travaille sur les utilitaires de différents constructeurs pour les transformer ensuite en vans ultra modulables et confortables. Par ailleurs, à l’intérieur tout est parfaitement fini et pensé.

Après une visite passionnante des deux nouvelles lignes de production Westfalia – installées dans l’usine Fleurette Constructeur à Benet – nous avons pu découvrir chaque étape de fabrication de ces vans qui font tant rêver. Du « déshabillage » intégral de l’utilitaire, à la découpe de son toit, sans oublier la conception des meubles en menuiserie ou l’assemblage final des éléments des véhicules, nous avons assisté à la transformation complète d’un utilitaire en van. Le soucis est donné aux détails, à tel point que certaines étapes sont même exécutées à la main. On ne vous surprendra donc pas en vous disant que la demande est extrêmement importante et qu’il faudra supporter un petit délais d’attente avant la livraison.

Nous avons donc profité de l’air de vacances qui règne à l’Ile de Ré pour essayer 2 vans Westfalia : le Kepler Sixty et le Jules Vernes. Les deux affichent un look et un agencement très différents. Ils s’agiraient presque que de deux philosophies de voyages différentes. En revanche, dans les deux cas la conduite est étonnamment agréable. Je ne vais pas vous raconter qu’on achète ce genre de véhicules pour s’amuser sur la route, mais honnêtement pour des (anciens) utilitaires, ils sont plutôt assez maniables. Sans compter que pour celles et ceux qui aiment la position haute de conduite, ici, on est gâté. C’est d’ailleurs probablement une des principales raisons qui rend sa conduite sympa. Bref, faire de la route pour partir en vacances avec sa maison sur le dos, n’est plus un problème. A nous le camping sauvage !

Notez qu’un argument choc du van Westfalia face au camping-car est sa taille. En effet, étant beaucoup plus compact, les vans peuvent se garer sur n’importe quelle place de parking. Vous pourrez donc dormir où bon vous semble…

Plutôt Kepler Sixty ou Jules Vernes ?

Le Kepler Sixty

westfalia, combi, van, vacances, campervan, jules verne, kepler sixty

Le Kepler Sixty est indéniablement le plus beau des deux. Avec sa carrosserie bi-colore rouge et blanche qui lui confère un style néo-rétro, il nous rappellerait presque le mythique Combi Volkswagen. Une fois à bord, l’ambiance est pour le coup beaucoup plus moderne tout en gardant le charme coloré et vintage des sixty avec de nombreuses touches de rouges et de chrome. Le dernier-né de la gamme Westfalia basé sur le Volkswagen T6, propose 4 places très confortables (le Kepler Six offre 6 places). Une très belle surprise.

Mais c’est sur l’agencement optimal que l’on reste sans voix. Dans un simple van, on compte 2 lits double, une cuisine, de nombreux rangements et une table peu encombrante puisqu’elle se range dans la portière coulissante arrière. Pour accentuer l’effet salon, les deux sièges avant se retournent facilement. Notez que la couchette sous le toit relevable profite d’une vue à 360° grâce au 3 « fenêtres » ou la possibilité d’enlever intégralement la toile.

  • Avantages : son look rappelant le célèbre Combi
  • Longueur et hauteur : 5,30 m et 1,99 m. Il passe donc sous toutes les barres de parkings.
  • Tarif : à partir de 58.500 €
  • Motorisation : bloc de diesel de 150 ch

Le Jules Vernes

westfalia, combi, van, vacances, campervan, jules verne, kepler sixty

D’extérieur le Jules Vernes est un peu austère et sans grand charme. Disons-le, il ne fait pas rêver. Pourtant, à l’instant où l’on ouvre les portes, on est conquis. Une envie d’évasion et de liberté nous prend soudain. Ce véhicule Westfalia construit sur la base du Mercedes Vito, propose 4 places également très confortables et un niveau de finition bluffant en revêtement stratifié.

L’agencement intérieur est, à mon sens, plus convivial que le Kepler Sixty. Ici, à l’arrière on bénéficie d’un « canapé d’angle » plus chaleureux que les deux sièges arrières du Sixty qui nous renvoie davantage à l’agencement classique d’un véhicule. Mais surtout, l’argument imbattable du Jules Verne tient en un mot : salle de bain ! Et oui, Westfalia propose un van avec une douche et des toilettes (réservoir d’eau propre de 50 l et réservoir d’eau usagées de 36 l). Vous bénéficiez également d’un miroir et d’une coiffeuse pour vous maquiller, d’une penderie, d’innombrables rangements (plus que sur le Sixty), de deux couchages doubles et évidemment d’une cuisine et d’une table. Honnêtement, je me vois déjà partir en vacances en famille sur les plus belles routes du monde. Tout est pratique et incroyablement bien pensé.

  • Avantages : douche, toilettes et le nombre de rangements
  • Longueur et hauteur : 5,14 m et 1,99 m
  • Tarifs : à partir de  52.800 €.
  • Motorisation : bloc diesel de 114 ch

2 commentaires

  1. lou dit :

    Nous nous sommes offerts le Kepler 6 (classique pas sixty), avec pas mal d’options. Livré il y a exactement 1 an, le véhicule en lui même fonctionne à merveille ; en revanche les équipements Westafalia sont très décevants.
    Le plus gros : au bout de quelques semaines, nous signalons des problèmes d’étanchéité du toit relevable (nous voyons le jour sur plusieurs dizaines de centimètres) : pas encore réparé.
    Nous avons acheté le kit out-door qui se fixe au hayon arrière : les vérins ne le supportent pas, le hayon nous tombe sur la tête quand nous sommes dessous : signalé deux fois, aucune solution proposée si ce n’est de ne plus y suspendre le kit…
    Sur le pourtour du van, à la base du toit relevable, se trouve une gouttière. A cause de deux grossiers raccords placés juste au dessus des portières avant, la pluie se déverse sur le conducteur et le passager lorsqu’ils montent ou descendent;
    La petite pièce tenant la table dans la porte arrière est en permanence cassée ! Bien trop fragile pour supporter les vibrations.
    Les portes coulissantes des placards sont extrêmement durs à ouvrir et à fermer : nous avons renoncé à en utiliser certains.
    La tente de toit présente déjà plusieurs traces d’usures (on commence à voir la lumière du jour à travers la toile).
    Le lit du bas est très difficile à déplier et à replier.
    L’évier présente déjà des points de rouille.
    Pour conclure, ce van n’est sorti que modérément l’été et l’automne dernier (ce printemps nous étions confinés…). Tous les problèmes sus-cités sont apparus dans les mois suivant la livraison.
    Nous avons la sensation de posséder un beau van (intérieur et extérieur), plein d’équipements ; mais la qualité de ces équipements n’est pas proportionnelle au prix (et le service après-vente pour l’instant non plus). Un petit goût amer tout de même…

Laissez un commentaire