Audi RS3 : la berline compacte la plus puissante du marché

Après avoir eu la chance de conduire l’Audi RS3 LMS sur le circuit du Castellet au printemps dernier, nous cette fois-ci emmené les 400 ch de la version route de la berline dans le sud de la France. Attention, avion de chasse en vue…

C’est dans l’arrière-pays marseillais que nous vous invitons aujourd’hui à découvrir, en 3 mots, la version route de l’Audi RS3. Trois mots, trois ambiances. Trois comme RS3. Attachez vos ceintures, départ imminent.

Nous retrouvons la marque aux anneaux avec la ferme intention de redécouvrir des sensations de conduite aussi intenses, ou du moins proches de celles ressenties au volant de l’Audi RS3 LMS il y a quelques mois. Attirante, frustrante, kiffante, on vous dit tout sur la berline compacte la plus puissante du marché

Attirante

audi, RS3, Audi RS3, essai, testdrive, berline, ailette hebert

Que ce soit dans sa version berline ou Sportback, cette Audi RS3 nous a tout de suite séduite. Ce coup de coeur opère dès l’extérieur, et ce, même s’il existe peu de changements surtout sur l’avant de l’auto. Ses grandes prises d’air au niveau du bouclier avant, sa calandre en nid d’abeille redessinée (j’en suis réellement fan), ses nouveaux projecteurs, son béquet arrière ou encore ses doubles sorties d’échappement ovales, tout lui confère plus de sportivité… tout en finesse !

Mais la séduction a surtout opéré une fois installée à bord. On peut dire que la marque aux anneaux a fait un véritable travail de recherche et de développement au niveau du design intérieur. Et je dois dire que c’est plutôt réussi. En effet, le volant bi-matière cuir/ alcantara et les incrustrations d’alcantara sur le levier de vitesse et les surpiqures – surtout en version rouge – apportent une touche luxe à cet intérieur restylé pour lequel les équipes Audi ont repris le meilleur de l’A3.

Frustrante

audi, RS3, Audi RS3, essai, testdrive, berline, ailette hebert

Sous le capot de la belle se cache un moteur TFSI 5 cylindres de 2,5 l développant 400 ch, soit plus de 30 ch de plus que sa précédente version. L’Audi RS3 devient ainsi la berline compacte sportive la plus puissante du marché. Mais qui dit puissante, dit frustrante. En effet, on se rend vite compte que nous ne pourrons pas utiliser la pleine puissance de la machine. Rassurez-vous cela ne gâche en rien le plaisir de conduite.

Mais la frustration vient également du prix, car avec un prix d’appel à 61.500 €, les heureux chanceux resteront peu nombreux sur les routes. Cependant Audi annonce déjà la vente de 534 exemplaires depuis mi-juin.

Kiffante  

audi, RS3, Audi RS3, essai, testdrive, berline, ailette hebert

 ;Nous avons pris beaucoup de plaisir au volant de cette voiture. Tout d’abord sa prise en main est des plus faciles. Mais en plus, à bord, on se sentirait presque comme à la maison ! Tout y est simple d’accès et d’utilisation, le virtual cockpit de série et personnalisable, nous donne un accès intuitif à toutes les fonctionnalités nécessaires. Nous avons d’ailleurs adoré l’énorme compte tours en mode dynamique !

Côté conduite, l’Audi RS3 est une voiture née sur la piste et faite pour la route comme aime le raconter le constructeur. pour notre part, l’émotion a été plus importante sur la version Sportback. Nous l’avons trouvé plus joueuse et doté de plus de tempérament que la berline. Ce ressenti, qui n’est pas non plus flagrant est dû, sans doute, à une répartition des charges différentes entre les 2 modèles, avec un peu plus de poids sur l’arrière pour la 1ère. Le plaisir de conduite a également grimpé d’un cran en prenant réellement les commandes de l’auto et en s’amusant à monter dans les tours avant de changer de rapport avec les palettes au volant. Les 480 Nm de couple permettent un passage de rapport entre 1.700 à 5.850 tr/min de quoi se donner quelques agréables sensations.

Bref, l’Audi RS3 aurait sa place dans notre garage

En résumé, vous l’aurez compris, on aimerait bien que cette RS3 finisse dans notre garage. C’est une voiture attirante, frustrante, et kiffante, avec toute la complexité et l’ambiguité que nous adorons !

Mais ce qui nous plaît surtout avec cette Audi RS3, c’est qu’elle peut passer d’un mode « ni vu ni connu » à un mode « je me la pète grave ». Je m’explique. En mode confort, avec une conduite classique, elle peut se faufiler dans la circulation urbaine, sans que « personne » ne se retourne sur elle, mis à part les fins connaisseurs. Ce qui, je trouve est plutôt plaisant pour une utilisation au quotidien, sur les trajets journaliers maison – école – bureau. En revanche, en mode dynamique, pied sur l’accélérateur et conduite prudente mais péchue, vous aurez vite la sensation d’être la reine du monde au volant d’une sportive.

 

Please follow and like us:
error0

Pas encore de commentaire.

Laissez un commentaire