Nouvelle Tesla 3 : autonome et moins chère

Cette année c’est la Tesla 3 qui marque la rentrée. Le nouveau modèle du constructeur américain, récemment dévoilé, compte incontestablement parmi les voitures les plus attendues de l’année. Et a priori elle ne devrait pas nous décevoir. Moins chère et plus performante que sa grande soeur, on a hâte de la découvrir. Poudre aux yeux ou réelle avancée, on décrypte tout pour vous…

Tesla, Tesla 3, berline, voiture electrique, mobilite durableUne fois de plus Tesla semble vouloir révolutionner le segment électrique avec son nouveau modèle. Et pour cause, avec sa Tesla 3 le constructeur souhaite, non seulement démocratiser l’accès à ses véhicules, mais l’américain bouscule également la concurrence avec une familiale luxueuse qui multiplie les bons points.

En revanche, si les 30 premiers modèles ont déjà été livrés aux Etats-Unis – sur les 500.000 pré-commandes déjà enregistrées – la Tesla 3 ne devrait pas arriver en France avant la fin de l’année 2018. 

Belle d’extérieur comme d’intérieur

Pour l’extérieur, la Tesla 3 s’offre un look proche des Porsche à ceci près, qu’elle n’a pas de calandre. Une absence surprenante à l’oeil mais effectivement la calandre étant inutile sur une voiture électrique, il est plutôt plaisant de voir le constructeur jouer le jeu de l’électrique à fond. Côté look, on remarque également le toit en verre fabriqué en un seul morceau. Ce dernier court du pare-brise à l’arrière de la voiture et permet à la Tesla 3 d’être baignée de lumière et plus aérodynamique.

A l’intérieur, l’habitacle est particulièrement spacieux et lumineux. On remarque rapidement une lunette arrière panoramique qui remonte au-dessus de la tête des passagers arrière. Et comme le veux les critères de design du moment, l’intérieur est minimaliste.

Tesla 3 : la voiture du future

Quand on était petit et que l’on fantasmait sur la voiture on imaginait une voiture volante, autonome et surtout ultra-connectée. Alors évidemment la Tesla 3 ne vole pas, mais pour le reste on peut difficilement imaginer plus moderne. Fini les clés et autre bouton de démarrage, la voiture électrique « s’allume » avec notre smartphone. Une fois au volant, adieu la planche de bord pleine de boutons, tout se commande sur un écran tactile de 15 pouces. On retrouve seulement quelques boutons sur le volant pour régler notre smartphone.

Mais le futur est parfois déroutant. En effet, le compteur de vitesse ne trône plus à sa traditionnelle place, la manette de son quitte le volant et le réglage de la climatisation déménage… tout est désormais centralisé sur l’écran tactile. Il va falloir retravailler nos réflexes pour s’adapter à ces nouveautés. Une modernisation que nous n’avons certes pas encore testé, mais généralement chez Les Enjoliveuses, nous avons tendance à trouver que l’écran tactile demande beaucoup d’attention et nous paraît plus dangereux que nos petits boutons sur la planche de bord. A tester pour voir ce que l’on en pense réellement…

La Tesla 3 réellement peu chère ?

Tesla, Tesla 3, berline, voiture electrique, mobilite durableLe ticket d’entrée affiché de la Tesla 3 est de 35.000 $ hors taxes et hors option. Un prix qui démocratise incontestablement l’accès aux voitures électriques du constructeur. Mais quand on ajoute toutes les options que l’on veut, à combien monte réellement l’addition ? Atteint-elle les 82.000 $ de la Model S ?

Première bonne nouvelle, dans sa version d’entrée de gamme, la Tesla 3 est plutôt bien équipée. Elle intègre son grand écran tactile, la climatisation bi-zone, des feux à LED, d’une caméra de recul et la connectivité Bluetooth et Wi-Fi.

C’est quand on parle de voiture autonome que « la cuenta » commence à monter. Il faut mettre 5.000 $ en plus pour profiter du système Autopilot et encore 3.000 $ en plus pour profiter de la véritable conduite autonome. Pour une autre couleur de carrosserie que le noir, il faut compter 1.000 $, à cela on peut ajouter 5.000 $ pour le pack premium (sièges chauffants, ports USB à l’arrière, deux docks pour smartphone sur la console centrale) et 1.500 $ pour des jantes sport 19 pouces.

Et côté autonomie

Avant de passer à la caisse une question se pose ? Combien de kilomètres peut-on rouler sans risquer la panne ? Officiellement le constructeur annonce autour de 350 km d’autonomie mais il s’agit évidemment d’une mesure à prendre avec des pincettes. Par ailleurs, avec la version “autonomie étendue” la Tesla 3 devrait parcourir 500 km. Cette dernière version est proposée à 44.000 $ hors options.

Bonus supplémentaire : avec les superchargeurs Tesla, la petite berline pourra récupérer 210 à 270 km d’autonomie en seulement 30 minutes de charge.

Bref, sur le papier, la petite berline Tesla 3 semble prête à tenir les promesses les plus folles. Ses lignes sont raffinées et racées, elle est bien finie et performante et affiche un prix réellement moins cher que ses grandes soeurs. Incarnerait-elle vraiment le début de la démocratisation de la voiture électrique ? 

 

Please follow and like us:
error0

Pas encore de commentaire.

Laissez un commentaire