Jules Bianchi : des adieux prématurés au pilote français

C’était un jeune pilote français très prometteur qui a vu sa carrière et sa vie brisées par un accident qui n’aurait jamais dû avoir lieu. Jules Bianchi est décédé ce samedi 17 juillet 2015 après de longs mois de combat à l’hôpital suite aux séquelles de son grave accident du 5 octobre 2014 sur le Grand Prix du Japon. Un accident qui relance un débat sérieux sur la sécurité en F1 avec la question des cockpits fermés.

jules bianchi, pilote, F1, formule 1, mort, deces, accident, securite, pilote francais, cockpit fermeJules Bianchi était un pilote automobile français de 25 ans, issu d’une célèbre famille du sport automobile. Il était en effet le petit-fils de Mauro Bianchi et le petit-neveu de Lucien Bianchi, deux pilotes qui se sont illustrés tout au long des années 1960.

Puis à son tour, Jules Bianchi prend le volant pour intégrer finalement l’équipe Marussia F1 Team de 2013 à 2014. Il marque les seuls points de l’histoire de cette écurie en prenant la neuvième place du Grand Prix de Monaco 2014, faisant donc de lui un candidat sérieux de la nouvelle génération… jusqu’à son accident fatal du 5 octobre dernier.

L’accident de Jules Bianchi relance la question des cockpits fermés

La Formule 1 est un sport physique, trop physique même pour ouvrir la porte aux femmes. Voilà comment est évalué ce sport, mais nous oublions trop souvent que c’est avant tout un sport très dangereux où le risque zéro n’existe et qui a vu certains de ses plus grands champions mourir en pleine course, à l’instar d’Ayrton Senna en 1994. Mais est-ce une fatalité ou existe-t-il une possibilité d’offrir une plus grande sécurité à ces sportifs fous de vitesse ?

Le 5 octobre 2014 sur le Grand Prix du Japon, le monde de la Formule 1 tremble devant l’accident extrêmement violent de Jules Bianchi, un jeune pilote français de 25 ans seulement. Sur ce circuit de Suzuka, alors que le Français fait une sortie de piste suite à un aquaplanning qui aurait pu avoir des conséquences bien plus légères, il heurte une grue qui déplaçait une autre voiture. Sa tête frappe l’engin à près de 150 km/h ce qui le plonge instantanément dans un coma jusqu’à son décès le samedi 18 juillet 2015. Un destin funeste qui aurait peut-être pu être évité par un cockpit fermé….

Si cette solution des cockpits fermés n’est pas encore arrivée en F1, elle est devenue courante sur les courses d’endurance et a prouvé son efficacité à plusieurs reprises notamment sur les 24h du Mans lors des impressionnants accidents d’Allan McNish en 2011, Anthony Davidson en 2012 ou encore Loïc Duval en 2014. Tous trois sont sortis sans séquelles de leurs monoplaces pourtant transformés en véritables épaves.

En F1, bien que le débat soit ouvert et officiellement étudié  par la FIA depuis l’accident tragique de Henry Surtees en 2009 en Formule 2 – il avait reçu un pneu en plein tête et avait été tué sur le coup – et malgré les résultats concluants en matière de sécurité suite aux tests effectués en 2012, un problème subsiste : la visibilité réduite des pilotes ! Quant à l’idée d’un arceau de sécurité à l’avant, elle avait été immédiatement oubliée en 2013, car il rendrait les voitures « trop laides » selon les principaux directeurs d’écuries.

Hommages à Jules Bianchi

jules bianchi, pilote, F1, formule 1, mort, deces, accident, securite, pilote francais, cockpit fermeC’est demain, mardi 21 Juillet à 10h00 du matin, en la cathédrale Sainte Réparate à Nice, qu’auront lieu les obsèques de Jules Bianchi. L’occasion de lui faire nos derniers adieux nous qui ne saurions lui dire au revoir autrement si ce n’est par les nombreuses manifestations sur Twitter #CiaoJules ou #RIPJules.

En revanche, son ancien coéquipier chez Marussia Max Chilton, a su lui rendre un hommage émouvant en lui dédiant sa première victoire dans le championnat d’Indy Light, la formule d’accès à l’IndyCar, le samedi 18 juillet : “Je tiens à remercier l’équipe pour tout leur travail et, encore une fois, je dédis ce succès à Jules Bianchi qui, tel que je le connais, aurait réussi la course parfaite” lancait-t-il à l’issue de la course avant de publier sur son compte Twitter. “Je n’ai pas levé le pied de la sortie à l’entrée des stands pour toi mon pote. Il y avait quelques trucs que tu m’as appris dans ce tour“.

Nombreux sont les autre pilotes à s’être également manifestés à l’instar de Romain GrosjeanHier nous avons perdu l’un des meilleurs mecs et meilleurs pilotes que j’ai jamais rencontré. Tu vas tellement me manqué mon ami.. #RIPJules”, Sébastien LoebTriste après la disparition de Jules Bianchi. Un super gars et top pilote. Repose en paix champion. Mes condoléances à ses proches #RIPJules” , Jean-Eric VergneJe n’ai pas de mots… Tu vas nous manquer mon vieil ami“, Jenson ButtonLa nuit dernière nous avons perdu un grand homme et un grand combattant. #RIPJules Mes sincères condoléances à sa famille et à ses amis”, Lewis Hamilton ““Un triste, triste jour, les amis. S’il vous plaît, priez pour les proches de Jules. RIP Jules. Que Dieu te bénisse” ou encore Alain ProstOn pensera toujours a Jules. Affectueuses pensées à toute la famille et amis“.

 

1 commentaire2

  1. Aliette dit :

    Adieu champion #RIPJules

Laissez un commentaire