La nouvelle Lexus GS hybride nous réconcilie avec les berlines

Le seul escarpin que nous n’avions jamais mis dans une Lexus était celui qui a piloté la NX 300h dans les Alpes. Nos horizons se sont désormais élargies ! Les Enjoliveuses ont effectivement eu l’occasion de prendre le volant des Lexus GS et RC pendant deux jours dans le Luberon ; avec en bonus une session circuit dans la version F Sport de la berline de luxe !

Les informations se bousculant dans ma tête, nous vous parlerons aujourd’hui uniquement de la nouvelle Lexus GS 2016, gardant pour plus tard la découverte de la RC. Zoom sur un petit bijou plein  de technologie, de confort et d’écologie… puisque chez Lexus l’hybride est roi !

Lexus, GS, Lexus GS, essai, berline, luxeC’est donc à bord de la Lexus GS restylée que nous avons fait nos débuts chez la marque de luxe japonaise. S’il y a un mot qui résume cette virée automobile, c’est le bien-être. En effet, nous sommes à n’en pas douter dans une voiture réconfortante. A peine installée, une bonne odeur de cuir emplit nos narines et à l’instant où l’on se love dans le siège ce dernier nous enlace à la manière d’une mère faisant un câlin à son enfant. Quel confort !

On pourrait cependant avoir peur de la vitesse puisque l’on est assis relativement bas mais la GS, même à vitesse élevée, est incroyablement stable. En revanche, les amatrices de sensations fortes regretterons de si peu ressentir la vitesse : même en s’envolant un peu au compteur, nous ne nous rendons absolument pas compte que nous sommes en excès de vitesse. Sans compter que toute la technologie à bord gomme nos défauts de conduite.

Côté look, rien à dire. La robe extérieure de la Lexus est haut de couture. Elle a la particularité d’allier une calandre musclée et imposante à des lignes effilées et raffinées soulignées par de aussi bien les femmes que les hommes. Sa virilité en est presque sensuelle. Sans compter que parmi ses 11 teintes de carrosserie il y a quelques petites merveilles comme le Rouge Cristal, le Bleu Saphir ou le Bleu Nuit. En clair ce restylage de mi-carrière est une réussite qui place la nouvelle Lexus GS en concurrente sérieuse face aux BMW série 5 et autres Mercedes-Benz classe E.

Un tour à l’intérieur de la Lexus GS

L’habitacle de la berline hybride est plutôt sympa mais pas transcendant non plus. Pas de fautes de goût, de beaux matériaux et un confort indéniable. Premier point positif : la colonne centrale importante, qui semble nous enlacer, souligne le sentiment de bien-être que l’on a une fois installée à bord. Les espaces de rangements sont nombreux, bien placés et vraiment pratiques pour poser son portable, son portefeuille ou son maquillage. Pour les voyages, deux portes-gobelets nous permettent de faire nos provisions pour les longues heures de route qui nous attendent. 

Dès les premiers tours de roue, un détail attire notre attention : la GS est incroyablement silencieuse ! Que ce soit les bruits de roulage, particulièrement en mode électrique (jusqu’à plus ou moins 30 km/h), mais aussi les bruits de clignotants, on entendrait une mouche volée. Conséquence : nos maris ne pourront plus faire la sourde oreille à nos passionnantes conversations sous prétexte que la voiture est trop bruyante pour discuter ! Deuxième point fort de cette nouvelle Lexus GS : la place ne manque pas et les personnes de grandes tailles sont aussi bienvenues à l’avant qu’à l’arrière. Troisième point notable : quand vous éteignez le contact, le volant et le siège conducteur se reculent pour nous laisser la place de sortir de notre jolie berline. 

La nouvelle Lexus GS aime la sécurité

Lexus, GS, Lexus GS, essai, berline, luxeLa Lexus GS 2016 est un véritable condensé de technologie. On retrouve ainsi le désormais classique système de maintien dans la file de circulation avec alerte de louvoiement, mais aussi le régulateur de vitesse adaptatif, le système de sécurité précollision qui détecte les véhicules situés sur sa trajectoire afin de limiter les risques de choc à l’aide d’une alerte sonore doublée du déclenchement de l’amplificateur de freinage d’urgence et de la détection des piétons

Mais le coup de coeur des Enjoliveuses se porte sur la lecture des panneaux de signalisation et l’allumage automatique des feux de route qui, bien que pas particulièrement révolutionnaire, compte très nettement parmi les équipements de sécurité les plus utiles dans notre conduite au quotidien. En revanche, nous émettons une certaine réserve sur le système de navigation sur l’écran de bord qui s’avère un peu compliqué. Il ne s’agit peut-être que d’une question de prise en main mais toujours est il que lorsque l’on conduit il est dommage de devoir se concentrer sur la colonne centrale pour programmer le GPS ou écouter de la musique. Mieux vaut avoir un copilote !

La GS en deux motorisations Full Hybrid

La nouvelle Lexus GS est la seule berline de luxe à offrir deux motorisations en Full Hybrid. Vous aurez ainsi le choix entre la GS 300h qui associe un moteur électrique de 143 ch à un 4 cylindres essence pour proposer une puissance maximale cumulée de 223 ch. Dans cette version la GS affiche un 0 à 100 km/h en 9 secondes, une vitesse de pointe de 190 km/h, une consommation de 4,4 l/100 km et bénéficient d’un bonus écologique hybride de 750 €. Les aficionados de la vitesse la trouveront un peu lourde, pour ma part je la trouve très confortable à conduire et suffisamment réactive.

La version haute performance de la GS, la Lexus GS 450h allie un moteur électrique de 200 ch à un V6 essence de 292 ch pour profiter d’une puissance totale combinée de 345 ch. Côté performances, il affiche un 0 à 100 km/h en 5,9 secondes une vitesse maximale sur circuit de 250 km/h et sa consommation n’est que de 5,9 l/100 km. Pour ma part, c’est sur cette version que je m’orienterais même si pour une conduite familiale confortable, la GS 300h suffit nettement.

Côté tarif, il va falloir bosser un peu. En effet, pour la Lexus GS 300h il faut compter un prix d’entrée de gamme à 49.900 € et 59.300 € pour la GS 450h. Dans cette finition Pack on trouve de série l’allumage automatique des feux, la caméra de recul et les capteurs d’aide au stationnement avant et arrière, les commandes et palettes au volant, le Lexus SafetySystem +, peinture métallisée, sellerie en tissu, sièges avant électriques à 10 réglages et système de démarrage sans clé. Vous pouvez avoir la sellerie en cuir perforé avec sièges avant chauffants et ventilés avec la finition « Business » ou encore le moniteur d’angle mort, l’avertisseur de circulation arrière et le toit ouvrant électrique dans la finition « Luxe ».

La Lexus GS s’offre une version sportive

Lexus, GS, Lexus GS, F Sport, circuit, essai, berline, luxeEssayer la nouvelle Lexus GS c’est sympa mais essayer la GS 300h F Sport (64.600 €) ou la Lexus GS 450h F Sport (76.200 €) c’est encore mieux. En effet, la version sport de la berline de luxe a de quoi faire rougir de plaisir les femmes amatrices de sensations fortes. On sentait déjà bien la différence entre les modes de conduite (Eco, Normal, Sport)  de la GS mais la version F Sport nous emmène encore ailleurs.

Cette petite session circuit s’est organisée autour de deux axes : la vitesse et les performances sur routes mouillées. Dans un premier temps, je me suis retrouvée collée au siège de la Lexus GS F Sport pilotée par un professionnel. Si mon coeur est resté sur la ligne de départ, quand j’ai pris à mon tour le volant, force est de constaté que la vitesse n’était plus la même que lors du premier tour. En revanche, dès le deuxième tour l’histoire est différente tant la berline nous met en confiance par son comportement rassurant. Il faut dire qu’avec ses nombreux équipements de sécurité, la Lexus GS F Sport gomme parfaitement nos défauts… pour un peu je me serais prise pour une pilote. 

Deuxième effet « Kiss Cool » avec la piste mouillée et l’instructeur qui me déconnecte au fur et à mesure tous mes éléments de sécurité au point de passer d’une berline très rassurante à une voiture beaucoup moins lisse. Et comme nous sommes sur le circuit Michelin, l’adhérence de la piste varie et la Lexus GS F Sport commence doucement à décrocher. Tant que les systèmes de sécurité active sont connectés tout va bien mais une fois ces aides disparues, le tête à queue ne semble jamais très loin… Autant vous dire que la voiture est beaucoup plus joueuse ce qui plaira aux amateurs de conduite sportive. Après ce petit épisode de pilotage, n’avons plus aucun doute sur l’efficacité de toute la technologie embarquée à bord de notre nouvelle Lexus GS et nous rentrons chez nous parfaitement séduite par cette berline de luxe hybride qui n’arbore pourtant pas la carrosserie préférée des Enjoliveuses.

Rendez-vous très vite pour notre essai de la Lexus RC sur laquelle nous avons également beaucoup de choses à dire…

Commentaires ferms.