Jeep Wrangler : le 4×4 qui peut tout se permettre

Le Jeep Wrangler est certainement la voiture la plus mythique du constructeur américain. Emprunte d’une personnalité forte, tant dans son style que dans sa conduite, le Wrangler ne se choisit pas par défaut mais par amour. Le 4×4 est un véritable magicien capable de transformer ce que l’on pourrait voir comme un défaut en qualité. Et dans notre cas, nous sommes définitivement et irréversiblement tombées sous son charme.

jeep, wrangler, jeep wrangler, essai, testdrive, 4x4, SUVL’une des améliorations majeures – annoncée par le constructeur – du nouveau Jeep Wrangler est d’être désormais une routière, capable de faire de longs trajets. Une nouvelle qui nous a d’abord inquiété avant d’être vite rassurées. Car si il y a bien une voiture qu’on ne veut pas voir devenir cosy, confortable et ultra-connectée, c’est bien cette Jeep ! Nous la voulons, au contraire, musclée, rustique, baroudeuse et surtout nous voulons garder ses sensations de conduite 4×4. Bonne nouvelle, le Wrangler ne s’est pas renié et a gardé toute sa personnalité. En revanche, il est indéniable que son confort routier a été très nettement amélioré par rapport au précédente génération. Elle reste joueuse et n’a pas lissé son caractère pour plaire à ceux qui se trouveraient mieux au volant d’un grand Cherokee un peu moins « roots ». Nous voilà donc rassurées pour poursuivre l’essai.

Le nouveau Jeep Wrangler avait un cahier des charges étonnant : « il faut que tout change, pour que rien ne change ». Un non sens qui a finalement pris tout son sens au fur et à mesure de sa prise en main. Pour commencer, d’extérieur l’héritage de son grand frère est fort et bien présent. Si on jette un rapide coup d’oeil sur l’ancienne et la nouvelle génération la ressemblance est saisissante. Puis quand on le détaille, on s’aperçoit que le nouveau Wrangler affirme encore et toujours plus sa personnalité. Plus ancré sur la route, plus large, son capot aéré comme les anciens Wrangler Rubicon, son pare-brise désormais plus incliné, ses nouveaux feux arrières qui reprennent le style de ceux du Renegade ou encore son marche-pieds qui nous donnent l’impression de monter à bord d’un géant… le 4×4 s’est fait une beauté ! Et évidemment, on retrouve également ses phares avant ronds et son emblématique calandre à sept fentes légèrement élargie. Le Wrangler est une réussite stylistique. Et d’ailleurs hard-top ou capote souple tout lui va.

Notez cependant que la capote souple s’enlève et se remet très facilement mais que si la capote dure nécessite un seul et unique outil, il faut tout de même deux personnes et des muscles pour l’ôter. On l’enlève donc davantage pour l’intégralité de la saison que pour une simple journée. L’idéal est de compléter avec une capote souple le reste du temps.

Le rustique remis au goût du jour

jeep, wrangler, jeep wrangler, essai, testdrive, 4x4, SUVUne fois installée au volant, notre œil se balade et aucun doute nous sommes chez Jeep. Et plus encore dans un Wrangler ! Les grands codes du baroudeur sont là. On retrouve sa planche de bord toujours très simple mais modernisée. Quant aux finitions, elles sont plus soignées. On retrouve même du cuir sur la planche de bord, des ports USB et un système compatible Apple CarPlay et Android Auto.  L’habitacle profite de nombreux rangements avec notamment des filets sur les portières qui évitent les objets de se balader dans nos pieds.

On lève les yeux et là on peut admirer la structure de la voiture et les attaches de la capote. Encore une fois, le Jeep Wrangler ne fait pas dans la dentelle et ça lui va si bien. Sur d’autres véhicules on s’offusquerait devant des finitions « bâclées », ici on remercie Jeep d’avoir laissé son âme au Wrangler. Et d’ailleurs, preuve que le véhicule est toujours aussi baroudeur : les bouches d’évacuation qui permettent au Wrangler d’être intégralement lavé à l’intérieur d’un coup de jet d’eau sont toujours là !

Looké et plus baroudeur que jamais

Avec sa garde au sol élevée et de meilleurs angles de fuite, le nouveau jeep Wrangler s’avère finalement plus performant que la précédente génération. Donc bien que le constructeur parle de meilleures capacités routières, le 4×4 ne renie pas ses origines. Rien que sa position de conduite nous rappelle que nous ne sommes pas au volant de n’importe quelle voiture.

Mais parlons tout de même de son comportement routier car malheureusement le franchissement n’est pas notre quotidien. Sur route, on se trouve rapidement secoué à la moindre imperfection du bitume et il y a un roulis indéniable. Résultat, on a plus envie de se promener que de rouler vite. Sans compter que sans le revêtement intérieur insonorisant du hard-top, le bruit ambiant est bien présent. Mais est-ce gênant ? Non ! Ça nous a même soulagé. Le Wrangler a gardé son tempérament. Et c’est comme ça qu’on l’aime. Quel soulagement ! Il n’y a que ce 4×4 qui peut et doit se permettre de jouer la carte baroudeur à fond sans faire de notre confort sa priorité. En revanche, je ne me verrais pas encore faire 6h d’autoroute à son bord, bien qu’elle désormais soit capable d’enquiller les kilomètres.

Tarif et motorisations du Jeep Wrangler

jeep, wrangler, jeep wrangler, essai, testdrive, 4x4, SUVLe Jeep Wrangler est disponible avec un moteur essence de 272 ch en boîte automatique et d’un bloc diesel de 200 ch également en automatique. Une fois la motorisation choisie, il faudra opter pour la version longue 5 portes qui a l’avantage d’être plus stable sur la route, ou la version courte en 3 portes qui est un franchisseur hors pair !

Notez que Jeep à la particularité d’exercer les mêmes prix en essence et en diesel. Seule la version et le niveau de finition choisie (Sport, Sahara, Overland ou Rubicon) influent sur le tarif. Ainsi, pour l’entrée de gamme en version courte, il faudra compter 46.000 € contre 48.500 € pour la version longue. En finition Sahara et Rubicon (finition baroudeur de la gamme) les prix débutent à 52.600 € pour la version courte et 55.100 € pour la version longue. Quant à la finition Overland, elle affiche des prix débutant à 55.550 € et 58.050 € selon la version. 

Gardez en tête, les 10.500 € de malus à ajouter au prix.

Un Wrangler bien équipé de série

Pour info, le Wrangler s’équipe de série, dès l’entrée de gamme, de l’allumage automatique des phares, de l’Apple CarPlay ou Androïd Auto, des capteurs de stationnement, du dégivrage ses rétroviseurs, de la capote souple, de la climatisation automatique, du démarrage sans clé, du régulateur de vitesse ou encore du système d’aide au stationnement Park ASSIST.

Il faudra attendre la finition Sahara pour profiter de série de la caméra de recul, du hard-top et du marché-pieds. La version Overland s’équipe, elle, de série de la détection d’angles morts et de présence arrière, de sièges chauffants ainsi que d’un revêtement intérieur insonorisant sur le hard-top. Quant à la version Rubicon, elle accentue son look baroudeur avec des barres de protections latérales et d’une technologie pro-franchissement.

Pas encore de commentaire.

Laissez un commentaire