Cuba et ses vieilles américaines, tout un mythe !

Mes amis Aurélie et Louis-Marie reviennent tout juste de Cuba. Les petits veinards, ils ont certes profité du soleil et de la mer chaude des Caraïbes (mais bon, même pas jalouse), mais ils ont surtout eu la chance de se balader dans des superbes voitures américaines des années 50 quasiment introuvables ailleurs.

Et oui, comme vous le savez sûrement, Cuba présente quelques spécificités politiques et économiques qui ont permit la sauvegarde de ces monuments de l’histoire automobile. En 1959, Fidel Castro, son frère Raul, son pote Che Guevarra et quelques autres prennent le contrôle de l’île et destituent celui qu’ils considéraient comme un dictateur à la solde des Etats Unis : Batista. Après quelques mois de flous politiques (communiste ? socialiste ? non aligné ?) Fidel nationalise la plupart des grandes entreprises et se rapproche de l’URSS (commerce du sucre, débarquement de la baie des cochons, tout ça) et en contexte de guerre froide, cela ne rassure pas trop les Américains dont les côtes (la Floride) ne se trouvent qu’à 150 km !

Résultats : pour calmer ce voisin trop dangereux, les Etats-Unis décrètent en 1962 un embargo total sur Cuba. A partir de cette époque (l’embargo court toujours), il devient quasiment impossible pour les Cubains d’acheter le moindre produit américain : plus de Coca, plus de dentifrice, et surtout plus de voitures !

Conséquences de l’embargo sur Cuba

cuba, tourisme, voyage, vieilles américaines, voiture américaine, voiture de collection, la havane

Plutôt show off, non ?

Puisqu’ils ne peuvent plus en changer ça fait donc 50 ans que les cubains bichonnent leur voiture pour pouvoir continuer de rouler. Ils sont donc devenus les champions du système D et de la “récup”, des orfèvres de l’entretien : autant dire que certaines Enjoliveuses pourraient s’en inspirer avant de penser à mettre leur voiture à la casse parce que les vitres sont sales… Ceci dit, vu les Cadillac, Buick, Oldsmobile, Studebacker, Chevrolet et autre Hudson que leur ont laissé les américains en partant, on comprend qu’ils y tiennent !

Il faut savoir qu’avant la Revolucion, Cuba était le lupanar de l’Amérique puritaine, le Las Vegas de la côte Est : casinos, maisons closes, et autres lieux de perdition. Et donc, beaucoup de voitures étaient à  l’image de cet état d’esprit : voyantes et festives ! 

Un trésor touristique

Et aujourd’hui, elles font le bonheur des touristes : rien que pour ça il faut y aller. Parce que même si vous en aviez l’envie et les moyens financiers, vous ne pourriez pas rapporter cuba, tourisme, voyage, vieilles américaines, voiture américaine, voiture de collection, la havanel’un de ces petits bijoux chez vous, Fidel a interdit l’export, c’est à consommer sur place, pas à emporter !

Toute la population ne roulant pas en décapotable rose flashy, d’autres voitures plus sobres sont également en circulation, notamment les taxis (on passe sous silence les ladas gentiment apportées par le grand frère Russe, qui sont certes increvables mais franchement moches).

Ce musée automobile à ciel ouvert n’est pas uniquement présent à La Havane, la capitale, mais dans toute l’île de Cuba. Lors de leur périple, mes amis ont parcouru près de 800 km dans une Ford de 1960. Et là, heureusement que la météo est clémente, car pour ne pas être asphyxiés, ils ont roulé les fenêtres grandes ouvertes pendant tout le voyage. Et oui, le charme de l’ancien a un prix : à cette époque, le réservoir était dans le coffre, et la ventilation entre le coffre et l’habitacle est parfaite…

Les cadrans ne fonctionnent plus, les amortisseurs n’amortissent plus rien depuis longtemps, les fenêtres se hissent à la main, les ressorts de la banquette vous “gratouillent” gentiment les fesses pendant le trajet : cette relique n’aurait malheureusement aucune chance en France si elle devait passer le contrôle technique… 

C’est même un miracle que ces tacots roulent encore. D’ailleurs les cubains le pensent un peu aussi : c’est admirable de voir la dextérité dont font preuve les chauffeurs pour éviter les nids de poule pour préserver leur précieux carrosse. A Cuba, personne ne joue à Fangio, qui veut voyager tout court préserve sa monture !

Un musée à ciel ouvert à visiter d’urgence

cuba, tourisme, voyage, vieilles américaines, voiture américaine, voiture de collection, la havanePour les amateurs qui voudraient en profiter aussi, il ne faut en revanche pas trop tarder. En effet, la situation politique risque de changer (Fidel, 80 ans, est au plus mal et c’est son frère Raul, 76 ans, qui dirige le pays); et d’un point de vue économique, l’embargo est de plus en plus controversé (l’union européenne est contre) et les produits chinois commencent à débarquer (ce qui améliore le quotidien de la population cubaine, qui, il ne faut pas l’oublier, ne vit avec quasiment rien).

9 commentaires

  1. Oxanne dit :

    Trop beau! Je suis allée à la Havane il y a quelques temps et je me souviens avoir été frappée par le nombre de ces voitures!

  2. Marine dit :

    j’adore ces caisses. on a l’impression de changer d’époque. Ca me donne envie de suivre les pas de vos copains :-p

  3. Je confirme : se balader en vieille américaine à La Havane est une expérience géniale et inoubliable 🙂

    Je l’ai fait lors de mon séjour à Cuba et j’en parle à l’adresse http://www.lesvadrouilleurs.net/recits-de-sejours/souvenir-inoubliable-rouler-en-vieille-americaine-la-havane-cuba/ 🙂

  4. Je possède depuis 15 ans une FIFTIE’S. C’est une OLDSMOBILE Super 88 Cabriolet de Janvier 1955 ! Je n’ai jamais plus acheté de voitures neuves ! C’est une première main que j’ai achetée en 1998. Elle avait été importée neuve, donc en 1955, par un richissime homme d’affaire, ” pignon sur rue “, Boulevard Hausman, PARIS ! Elle est dans son ” jus ” d’origine. Couleur Bleu-Ciel, Moteur Rocket V8, vitres électriques, sièges électriques, carburateur quadruple corps ( consommation : 25 à 30 litres aux 100 Km.), poste de radio à lampes ( d’origine ), air conditionné, boite automatique Hydramatic, capote électrique…tout ça, déjà en 1955 !!!

  5. Clé dit :

    Comment pourrais-je trouver des voitures cubaines que je pourrais faire importer en France?

    • Alors là c’est ce que l’on appelle une question piège !
      Je ne peux malheureusement pas vous aider dans ce domaine car je n’ai aucun contact ni bon plan qui pourrait vous dépanner. Mais je suppose que sur internet vous devriez trouver quelques sites pouvant vous aiguiller.
      Désolée de ne pas pouvoir en faire plus 🙁

    • agnès Marrec dit :

      interdit d’importer des voitures… heureusement! laissons leur quand même leur patrimoine! j’y suis allée 4 fois, c’est à présent mes amis et celle qui nous reçoit la marraine de ma fille. cela vous invitera à y aller et retourner.. de connaître ces gens merveilleux au lieu de posséder une caisse! Je vous y invite!

  6. […] si comme moi vous décidez de revenir vers le centre de La Havane en voiture Vintage, vous  découvrirez peut-être l’Union Jack et le drapeau Cubain côte à côte sur le […]

  7. André Wanderer dit :

    Il y a quatre heures je suis rentré de Cuba où je suis resté une semaine en voyage organisé.
    Pour l’amateur que je suis, c’est un ravissement que toutes ces vieilles caisses.
    Les plus belles sont à La Havane . A la cambrousse, hou là là !
    A un moment j’ai marché au bord de la quatre voies à 200 km à l’est de Cuba, en longeant la mer si belle. Après trois km, je fais demi-tour. Je cherche un coin d’ombre pour souffler. Et je compte ! deux fois. Jusqu’à cent voitures, avec un papier et un stylo. Sur cent véhicules, il y a 35 à 40 américaines, 15 à 12 soviétiques, le reste, c’est des anciennes Ford GB, des Opel Olympia et Karavan, qq Fiat, Mercédès 180, qq rares 404, une … R8 ! ….. grise, puis des modernes Renault, Peugeot, bcp de chinoises, etc. …
    J’ai vu deux petits monstres : une 4 CV vert nacré, dont le capot moteur sans louvres, et le reste ?? …. J’étais en bus.
    Le deuxième : caisse d’Aronde, arrière de Moscvitch, à peu près, avant de moderne chinoise, haut sur pattes . J’étais à pieds et à neuf heures du mat, ! …..

Laissez un commentaire