Le système eCall obligatoire sur toutes les voitures

Depuis le dimanche 1er avril dernier, le système d’appel d’urgence automatique “eCall 112” est devenu obligatoire sur toutes les voitures immatriculées en Europe. Gratuit, ce service permet à une voiture accidentée d’appeler automatiquement les urgences et de leur transmettre de précieuses infos. Un pas de plus vers la voiture intelligente et vers la baisse du taux de mortalité sur nos routes…

A l’initiative de la Commission européenne, le système d’appel d’urgence automatique eCall 112 est désormais obligatoire sur tous les véhicules vendus au sein de l’Union européenne. Selon Bruxelles, presque l’intégralité des voitures européennes devraient être munies de ce service d’ici 2025. Une nouvelle (et excellente) initiative en matière de sécurité routière

Ce service gratuit, permet donc à une voiture accidentée de prévenir les secours. Ce signalement se fait automatiquement ou à l’initiative des passagers du véhicule. Il est également possible de l’utiliser pour signaler un vol, une agression ou tout autre type de situation nécessitant de l’aide.

ecall, europe, appel urgence, accident, securite routiere, appel urgence automatiqueNotez que si vous ne conduisez pas une voiture neuve, vous pouvez toujours opter pour un boîtier électronique qui se branche sur une prise USB. Via le Bluetooth du téléphone, le 112 est automatiquement appelé en cas d’arrêt du véhicule après un choc.

Comment fonctionne le système eCall ?

Ce système obligatoire sur toutes les voitures multiplie les points forts. Non seulement, il soulage les services de secours du 112 en prenant les appels eCall, mais il permet également de porter secours rapidement, efficacement et automatiquement. Concrètement, le système d’appels d’urgence contacte automatiquement l’assistance qui jugera de la suite des événements à donner.

Dans le cas où l’automobiliste est conscient, un assistant – dont la voix sortira par les haut-parleurs de la voiture – pour parler directement avec les passagers pour évaluer la situation et envoyer, ou non, des secours (SAMU, pompier, police…) sur les lieux de l’accident. Si l’assistant en question ne parle pas la langue de l’intéressé, un homologue de la langue de l’accidenté prendra le relais.

A l’inverse, si les personnes sont inconscientes dans la voiture, le système eCall fait tout automatiquement. Il alerte directement les secours médicalisés, transmet les coordonnées GPS transmises par la voiture, ainsi que son immatriculation, sa marque et son modèle.

Le système eCall est disponible 24h/24 et 7 j/7. Il fonctionne partout en Europe, même si votre voiture est immatriculée dans un pays de l’UE différent de celui dans lequel vous vous trouvez.

Notez que le bouton rouge “SOS” est également là pour qu’un conducteur signale une panne, un accident, un vol, une agression ou n’importe quel autre fait dont il est témoin.

Le service eCall engendre une surcharge de travail

Pour l’automobiliste le service eCall est d’une simplicité enfantine. Et pour cause, il n’a rien à faire, tout est gérer automatiquement par le système. Pour les constructeurs et les services d’assistance, l’histoire est bien différente. Pour commencer chaque Etat Européen est libre de gérer son service d’appels d’urgence. Le service ne fonctionne donc pas de la même manière partout. 

En France, par exemple, le Syndicat national des Sociétés d’Assistance (SNSA) dénonçait la surchage de travail pour les médecins régulateurs des services de secours du 112 qu’impliquait la mise en place du eCall sur les voitures. C’est pour cela qu’aujourd’hui les sociétés d’assistance ont fondé en 2016 un Groupement d’Intérêt Economique (GIE du SNSA). Depuis, cette entité gère elle-même les appels eCall de l’Hexagone. Dans les autres états-membre ceux-ci sont encore gérer par le service secours du 112.

 Selon le SNSA :

  1. Moins de 10 % des appels nécessitent l’intervention des secours.
  2. Seul 1/3 des accidents immobilisant une voiture nécessitent l’intervention des secours médicalisés.
  3.  La généralisation du eCall engendreraient 400.000 appels annuels supplémentaires à gérer dès 2020.
  4. Ces chiffres devraient augmenter avec le taux d’équipement des véhicules.

eCall : un véritable argument de sécurité routière

L’intérêt d’équiper toutes les voitures européennes du système eCall est évidemment de limiter le nombre de décès sur les routes. Ainsi selon la Commission européenne cette mesure permettrait de réduire de 4% le nombre de tués sur la route et de 6% la gravité des blessures.

Comment ? En réduisant le temps d’intervention de 40% en ville et de 50% à la campagne. Et en effet, le service eCall annonce pouvoir ramener à 75 secondes le délais d’attente entre l’émission de l’appel d’urgence et l’appel des secours (si nécessaire).Or on sait que dans des situations critiques les premières minutes sont cruciales… 

 

Pas encore de commentaire.

Laissez un commentaire