BMW F800R + circuit des Ecuyers : combinaison gagnante !

Un vent de féminité souffle sur l’univers de la moto avec l’arrivée des Enjoliveuses en 2 roues  sur une BMW F800R. Quoi de mieux que de partir sur circuit avec une bonne machine pour se remettre en jambes ? Enfin là je m’emballe un peu car pour être tout à fait franche je n’ai jamais fait de piste et je dois avouer être un peu flippée à l’idée de jouer les pilotes. Stressée mais hyper motivée…

essai, circuit moto, circuit des ecuyers, moto, BMW, F800R, BMW F800RIl me fallait tout d’abord trouver une moto maniable et joueuse pour assumer cette tâche. C’est dans la concession BWM Motorrad Azzurro d’Evry que je vais trouver mon bonheur : une BMW F800R ! L’aventure peut enfin commencer : ma coéquipière et moi prenons donc la direction du circuit des Ecuyers à Beuvardes.

Un brief pour tutoyer la piste du genou

C’est parti…. 1h15 de route au départ de Paris, direction Reims et me voilà arrivée en pleine campagne. Un petit café et hop en salle de briefing ! Notre instructeur du jour, Fabrice Auger, nous décortique le circuit et nous donne les premières consignes techniques et de sécurité. Nous sommes tous très attentifs. L’équipée est très hétéroclite : 2 hommes et 3 femmes, de tous âges, avec des motos bien différentes : supersport, trail, routière… Qui s’en sortira le mieux ?

Quand en début de journée Fabrice te dis que dans l’après-midi tu seras capable de rouler plus vite, plus propre, te déhancher, voir même de tutoyer la piste avec ton genou, ou bien de prendre un virage à 120° à une main, tu le prends pour un grand malade. On se retrouve en fin de journée ; en attendant, début du roulage.

Fabrice, qui rentre des 24H du Mans – « Racing Team Sarazin », sur Kawasaki, en catégorie Superstock, nous a découpé le circuit en 3 parties. Heureusement, le circuit des Ecuyers est très sécurisé et sécurisant : peu de dévers, pas de barrières, un seul virage avec une sortie gravier, une seule ligne droite… je suis presque soulagée !

En route pour dompter ma BMW F800R

essai, circuit moto, circuit des ecuyers, moto, BMW, F800R, BMW F800RSur l’ensemble des exercices je prend en main ma BMW F800R, j’apprend à freiner avec « 2 doigts », je casse mon poignet (ou ma poignée dans le jargon des motards), passe mes rapports, je pose mon regard au bon endroit au bon moment, je rétrograde, utilise mon frein moteur … les virages s’enchaînent et le plaisir est intense.

La pause déjeuner tombe à point, les corps commencent à nous faire découvrir certains muscles insoupçonnés et, je le découvrirai bien assez tôt, ces derniers se rappelleront à mon bon souvenir pendant encore 1 bonne semaine. C’est donc après un super moment d’échanges entre pilotes que nous reprenons notre moto et retournons sur les 3,6 km du circuit.

Objectif pour devenir pilote de moto : trajectoire et déhanchement 

Au programme de l’après-midi, mise en application de tous les conseils prodigués pas notre cher instructeur. Mon objectif : travailler mes trajectoires et ma position. Concernant la position il s’agit de se déhancher ce qui est très facile à dire mais un peu plus dur à faire au début.

Le but du déhanchement est de réussir à sortir les fesses de sa moto avec les pointes de pieds sur les cales-pieds. Mais pourquoi donc se désolidariser de sa machine me demanderez-vous ? Et bien tout simplement pour permettre à la moto de rester la plus droite possible dans les courbes, d’avoir moins d’angle et donc plus d’adhérence. Au départ, tu crois que tes fesses sont dehors et que ta position est bonne. On te fait vite comprendre que 2 cm à côté de ta BMW F800R ce n’est pas suffisant et que le haut de ton corps et tes bras sont trop droits, trop tendus, trop crispés…. «  cent fois sur le métier remettez votre ouvrage… », alors tu repars ! Et là le déclic : freinage, déhanchement, coude intérieur plié, haut du corps collé au réservoir, l’enchaînement des virages est fluide, je gagne en propreté, en vitesse et sans crainte.

La BMW F800R, la moto parfaite pour reprendre du service

Du bonheur en barre avec cette BMW F800R en qui j’ai eu confiance dès mes premiers tours de piste. J’ai tout de suite su que j’avais la moto idéale : agréable et très maniable tant sur route que sur piste. Elle a de la reprise et est tout simplement « sympa ». En effet, cette F800R m’a pardonné quelques erreurs de débutante sur des entrées de virages un peu chaotiques, où je freinais un peu tardivement ou bien quand je rectifiais ma trajectoire en pleine courbe pour aller attraper le point de corde.

Plus en détails, la version 2015 du roadster BMW a conquis les Enjoliveuses. C’est une machine qui allie esthétisme et performance. Elle se révèle facile à piloter en milieu urbain, au quotidien. Seul petit manque selon moi, une bulle qui est en option sur la BMW F800R pour gagner en confort de conduite sur l’autoroute.

Pour l’aspect plus technique, le bicylindre à quatre temps de 798 cm3 et les 87 chevaux de la BMW F800R confèrent du plaisir aussi bien aux motards confirmés qu’aux débutants. La prise en main est facile grâce son léger poids (177 kg à vide) et sa hauteur de selle de 80 cm adaptée même aux petits gabarits comme le mien (1,62m).

Côté transmission, à chaîne, on retrouve une boîte de vitesses à 6 rapports et un embrayage multidisques en bain d’huile. Et pour plus de sécurité, cette BMW F800R est équipée d’un ABS BMW Motorrad. Petit détail pratique de grande importance : BMW a courbé les valves de gonflage de pneus, permettant ainsi un accès plus facile et évitant de se salir les mains !

Pour ce qui est de la personnalisation, sachez qu’une large gamme d’accessoires vous permettra de configurer la BMW F800R dont vous avez besoin : plusieurs hauteurs de selle, capot de selle, bagagerie, feu arrière à LED, sabot moteur plastique, leviers fraisés HP, repose-pieds HP fraisés, bulle haute, plusieurs couleurs disponibles (bleu/blanc, blanc, blanc/noir ou encore bleu/noir)… Le tout pour un prix de base de 8.500 €.

Verdict : une formation efficace !

Environ 35 tours de circuit plus tard, il est déjà 18h, la barrière de sécurité se ferme, il est temps de rentrer en me faisant une promesse : « sur circuit vite je retournerai et aux Ecuyers avec plaisir je roulerai ». Et pour cause, le circuit des Ecuyers est idéal pour se lancer : 3,6 km de piste asphalte, sécurisée, bordée d’herbes, divisible en 2 pistes indépendantes, mais aussi une piste de 10 mètres de large, 12 mètres dans les virages et un dénivelé naturel d’environ 3 %. N’oublions pas que le circuit est également équipé de 2 systèmes de chronométrages (boucle Alfano et transpondeurs), 12 virages : courbes, chicane, pif-paf, paddock et de 2 systèmes de chronométrages.

J’allais oublier, on avait rendez-vous en fin de journée, non ? Et bien, après presque 6h de roulage, ma technique moto est plus rapide, plus propre, mon genou à tutoyer la piste à plusieurs reprises et, oui, je l’ai pris ce virage à 120° à une main et à vitesse équivalente qu’avec deux, merci et à bientôt !

 

BMW F800R

4 commentaires

  1. AUGER dit :

    Au top Aliette :)) Merci pour ce beau compte -rendu et cette journée passée ensemble.
    Fabrice AUGER.

    • Aliette dit :

      Merci à toi Fabrice! Toutes les conditions été réunies pour que nous passions une super journée.
      A très bientôt sur l’asphalte…

  2. Adrien dit :

    Bonjour, superbe description de cette journée. J’ai aussi une f800r de 2015 et je voulais savoir si la béquille centrale ne gêne pas sur circuit? J’ai déjà fais de la piste avec mon ancienne moto ( Ducati monster 796). Merci

    • Aliette dit :

      Bonjour Adrien,
      En ce qui me concerne je n’ai pas été gênée, maintenant je pense que tt dépend de la façon de conduire: Valentino te dirait certainement que ça le gène! 😉

Laissez un commentaire